Dégustation Japonaise !

Coucou tout le monde!

Aujourd’hui, c’est en compagnie de mon amie Little Gladys que je vous retrouver, pour tester des produits asiatiques…et je vous assure que par moment, ce fut la torture. Mais bravement, on l’a fait pour vous 😉

Publicités

PAL août 2016

  • Harry Potter and the Cursed Child de JK Rowling
  • Héros de l’Olympe; dernier tome de Rick Riordan
  • Silver Spoon tome 7 de Arakawa
  • Silver Spoon tome 8 de Arakawa
  • A Little something different de Sandy Hall
  • Les Mystères de Larispem de Lucie Pierrat Pajot
  • Le Trône de Fer tome 1 de G R R Martin

Reste à savoir si je vais réussir à tout lire ce mois-ci 🙂

Des soldes de livre?

Bonjour tout le monde!

72330d82-f8b4-4c77-b6df-488f5da97254

J’espère que vous allez bien, et que vous vous adaptez à ce nouveau blog!

Alors je refais surface  en cette période naissante des soldes d’hiver, pour vous parler d’un sujet qui me tracasse:

les soldes de livre.

Je ne sais pas si c’est moi, mais je n’en ai jamais trouvé en France, ce que je trouve horrible, parce que j’ai entendu dire qu’aux Etats-Unis, il y en avait! Et je trouve ça dommage que nous ne pouvions pas profiter de ce genre de choses en France. Parce que ça serait l’idéal. Les soldes de vêtement c’est bien… mais les soldes de livre, imaginez! Le PA-RA-DIS!

Les livres sont chers, c’est sûr. On peut se débrouiller en les dégotant d’occasion, ou à la bibliothèque, mais ça reste cher. Et on s’étonne que les gens ne lisent plus après! Tu m’étonnes, certains prix sont vraiment chers, tout de même! Et en plus, le principal responsable du livre, l’auteur, reçoit à peine 1 euro!

Je suis donc assez agacée de voir que, alors que nous payons des livres très chers parfois, nous ne pouvions bénéficier de soldes sur ceux-ci, alors que nous le mériterions, au fond, nous, la population qui lit.

Bien-sûr il y a parfois de petits gestes, comme cet été avec le livre de poche acheté, un deuxième offert mais ce n’est pas aussi important qu’aux USA….

Et vous, qu’en pensez-vous?

 

Coeur Cerise, T1 Cathy Cassidy

Résumé : 

Cherry, 13 ans, et son père Paddy s’installent en Angleterre chez Charlotte, sa nouvelle compagne qui a quatre filles : Coco, 11 ans ; les jumelles Summer et Skye, 12 ans, et Honey, 14 ans.
Cherry est ravie de faire partie d’une famille nombreuse.
Mais, à peine arrivée, elle craque bien malgré elle pour Shay, le petit copain de Honey.
Voilà qui ne va pas arranger la cohabitation déjà difficile avec Honey, la seule à ne pas accepter l’arrivée de son nouveau beau-père ! Alors que tous participent à la création d’une fabrique artisanale de chocolats, Cherry se retrouve partagée entre l’affection pour ses nouvelles sœurs et le charme irrésistible de Shay.

Source : Booknode.

Avis:

J’en ai entendu parler de ce livre ! Que ce soit des booktubeurs, de la blogosphère ou au magasin, il était partout, si bien qu’après de longues hésitations, j’ai craqué, et je l’ai commandée.

Parlons tout d’abord de sa couverture : avouez-le. Elle donne envie, et en même temps, elle nous fait un peu peur. Pourquoi? Parce qu’elle est toute chouette, avec ses cupcakes dessus, et le tout bien rose et girly, si bien qu’elle nous amène vite à penser que le livre est réservé exclusivement pour la jeunesse. Or, selon les avis que j’ai lus, ce n’était pas le cas. Bien sûr, c’est un livre jeunesse, mais les autres lecteurs pourraient tout autant aimer ! Eh bien figurez-vous que ce n’est hélas pas mon cas. C’est un peu le livre que tout le monde aime… sauf moi. Je l’ai trouvée trop jeunesse à mon goût, et au final, il correspondait bel et bien à ce à quoi je m’attendais. Un univers un peu bisounours, avec des personnages qui si font preuve de maturité pour leur âge, ne sont pas encore assez matures pour que je puisse réellement apprécier l’histoire.

Néanmoins, ceci est mon point de vue en tant que jeune personne de 18 ans. Je pense que j’aurais aimé si j’avais eu treize ans, ou si j’avais eu davantage de distance par rapport au roman. Ainsi, certaines personnes de plus de treize ans peuvent aimer Coeur Cerise, et je le comprends. Car le roman n’est pas si mal. Il y a des idées, des personnages attachants, et des ondes positives au rendez-vous. Nous pouvons retrouver le chocolat en thème récurrent, ce qui rend le tout très yummy. En bref, c’est un peu on aime ou on aime pas.

J’ai apprécié les petites recettes à la fin, il faudra que je les tente 🙂

Conclusion : 

Une jolie couverture, une bonne histoire, mais sans grande originalité pour que ça m’ait totalement convaincue. A lire pour une lecture sans prise de tête, en été ou au printemps 😉

Aristote et Dante découvrent les secrets de l’Univers de Benjamin Alire Saenz (coup de coeur)

Résumé : 

Ari, quinze ans, est un adolescent en colère, silencieux, dont le frère est en prison. Dante, lui, est un garçon expansif, drôle, sûr de lui. Ils n’ont a priori rien en commun. Pourtant ils nouent une profonde amitié, une de ces relations qui changent la vie à jamais… C’est donc l’un avec l’autre, et l’un pour l’autre, que les deux garçons vont partir en quête de leur identité et découvrir les secrets de l’univers.

Avis:

Je dois avouer que ce livre me faisait envie depuis un bon moment. Dès l’instant où j’ai découvert la couverture, magnifique, j’ai tout de suite eu l’envie de le prendre dans mes mains. Malheureusement, à l’époque, il n’était qu’en VO et je me suis contentée du résumé qui m’a faite encore plus envie. J’ai longtemps hésité à le prendre ou en Vo ou en VF et au final j’ai décidé de patienter. L’attente valait le coup. 


Aristote est un de ces garçons renfermés, solitaires, qui préfèrent ne pas trop parler aux gens. Seulement cela change quand il rencontre Dante. Suite à leurs nombreux échanges, Aristote, surnommé Ari se pose de plus en plus de questions et se fait de plus en plus de réflexions sur ce qui l’entoure. Nous apprenons ainsi à connaître ses parents, son histoire.. et on est pas déçus.

Ce livre brille autant par son intrigue que par son écriture. Si je n’avais qu’un seul mot pour le décrire, je dirais  » beau ». Je sais bien que ce mot est employé fréquemment aujourd’hui, et pourtant, je ne vois pas meilleur mot pour le décrire. Il est l’incarnation du mot  » beau« . On ne peut pas dire exactement pourquoi, mais c’est une des oeuvres qui nous laissent bouche bée, qui nous laisse quelque chose, un sentiment de je-ne-sais-quoi à la fin.  Peut-être est-ce parce que ce roman est comme une poésie, avec des tournures de phrase très belles, des réflexions sur le monde qui nous font réfléchir nous aussi, ou la relation entre lui et Dante.

Ari subit un mal-être, et Dante de son côté l’aide à ne plus le ressentir… ou pas. Il lui apporte vraiment pleins de facettes différentes. Tantôt joyeux, tantôt triste, on sent qu’il a un réel impact sur Ari et que leur relation est spéciale. 

Nous ressentons beaucoup d’émotions au fur et à mesure de la lecture, et la colère de Ari est si bien décrite que nous pouvons presque la ressentir, cette haine qui le ronge par moment.

Par ailleurs, j’aime beaucoup la relation entre Dante et Aristote. Elle n’est pas comme les autres, n’est pas niaise, mais juste… belle, spéciale. On craque carrément pour eux deux.

C’est un livre à lire, obligatoirement. Un de mes coups de coeur. Il mérite clairement les prix qu’il a gagnés, et le buzz engendré. Je vous le conseille vraiment. Lisez-le, vous ne serez pas déçus.

Je m’appelle Budo…

couvjemappellebudo-660x1024-1Résumé :

Budo est l’ami imaginaire de Max. Il est là depuis cinq ans, ce qui est la durée de vie la plus élevée qu’il connaisse pour un ami imaginaire. En effet, Max est atteint d’une forme d’autisme. Mais le jour où Max se fait kidnapper, Budo se voit impuissant à son enlèvement, mais fera tout pour le libérer….

Avis:
J’avais beaucoup attendu de ce livre, qui me faisait envie depuis un bon moment. La chance s’est offerte à moi quand je l’ai aperçue à la bibliothèque, comme s’il n’attendait que moi. Ni une ni deux, j’ai sauté dessus et je me suis mise à le lire.

D’abord surprise par originalité du style, je me suis laissée emportée dans l’histoire, qui est elle aussi bien trouvée. J’adore le concept d’avoir le point de vue d’un ami imaginaire, de le faire vivre, et de nous rappeler que nous aussi on a été enfants. Le style d’écriture, quant à lui, m’a paru originale dans le sens où avec un vocabulaire simple et d’enfant, innocent, l’auteur est arrivé à décrire des scènes poignantes, avec une grande vérité dedans. J’ai adoré ce côté là du livre.

De plus, les personnages sont très attachants. Max, petit garçon qu’on apprend à connaître au fil des pages, Budo, le héros de l’histoire avec son point de vue et toutes ses inquiétudes et les autres amis imaginaires….
Je qualifierais ce livre d’un ovni, parce que je n’ai jamais rien lu de tel auparavant, et c’était vraiment intéressant et étrange d’entrer dans ce tout nouveau monde. Il y avait un fort contraste entre la réalité des choses et la manière dont elle était dite. La violence, dépeinte avec des mots naïfs, enfantins…  ça a vraiment apporté de la puissance à ces événements !
Je suis heureuse d’avoir lu ce livre, et le recommande vivement !