Coeur Cerise, T1 Cathy Cassidy

Résumé : 

Cherry, 13 ans, et son père Paddy s’installent en Angleterre chez Charlotte, sa nouvelle compagne qui a quatre filles : Coco, 11 ans ; les jumelles Summer et Skye, 12 ans, et Honey, 14 ans.
Cherry est ravie de faire partie d’une famille nombreuse.
Mais, à peine arrivée, elle craque bien malgré elle pour Shay, le petit copain de Honey.
Voilà qui ne va pas arranger la cohabitation déjà difficile avec Honey, la seule à ne pas accepter l’arrivée de son nouveau beau-père ! Alors que tous participent à la création d’une fabrique artisanale de chocolats, Cherry se retrouve partagée entre l’affection pour ses nouvelles sœurs et le charme irrésistible de Shay.

Source : Booknode.

Avis:

J’en ai entendu parler de ce livre ! Que ce soit des booktubeurs, de la blogosphère ou au magasin, il était partout, si bien qu’après de longues hésitations, j’ai craqué, et je l’ai commandée.

Parlons tout d’abord de sa couverture : avouez-le. Elle donne envie, et en même temps, elle nous fait un peu peur. Pourquoi? Parce qu’elle est toute chouette, avec ses cupcakes dessus, et le tout bien rose et girly, si bien qu’elle nous amène vite à penser que le livre est réservé exclusivement pour la jeunesse. Or, selon les avis que j’ai lus, ce n’était pas le cas. Bien sûr, c’est un livre jeunesse, mais les autres lecteurs pourraient tout autant aimer ! Eh bien figurez-vous que ce n’est hélas pas mon cas. C’est un peu le livre que tout le monde aime… sauf moi. Je l’ai trouvée trop jeunesse à mon goût, et au final, il correspondait bel et bien à ce à quoi je m’attendais. Un univers un peu bisounours, avec des personnages qui si font preuve de maturité pour leur âge, ne sont pas encore assez matures pour que je puisse réellement apprécier l’histoire.

Néanmoins, ceci est mon point de vue en tant que jeune personne de 18 ans. Je pense que j’aurais aimé si j’avais eu treize ans, ou si j’avais eu davantage de distance par rapport au roman. Ainsi, certaines personnes de plus de treize ans peuvent aimer Coeur Cerise, et je le comprends. Car le roman n’est pas si mal. Il y a des idées, des personnages attachants, et des ondes positives au rendez-vous. Nous pouvons retrouver le chocolat en thème récurrent, ce qui rend le tout très yummy. En bref, c’est un peu on aime ou on aime pas.

J’ai apprécié les petites recettes à la fin, il faudra que je les tente 🙂

Conclusion : 

Une jolie couverture, une bonne histoire, mais sans grande originalité pour que ça m’ait totalement convaincue. A lire pour une lecture sans prise de tête, en été ou au printemps 😉

Publicités

Aristote et Dante découvrent les secrets de l’Univers de Benjamin Alire Saenz (coup de coeur)

Résumé : 

Ari, quinze ans, est un adolescent en colère, silencieux, dont le frère est en prison. Dante, lui, est un garçon expansif, drôle, sûr de lui. Ils n’ont a priori rien en commun. Pourtant ils nouent une profonde amitié, une de ces relations qui changent la vie à jamais… C’est donc l’un avec l’autre, et l’un pour l’autre, que les deux garçons vont partir en quête de leur identité et découvrir les secrets de l’univers.

Avis:

Je dois avouer que ce livre me faisait envie depuis un bon moment. Dès l’instant où j’ai découvert la couverture, magnifique, j’ai tout de suite eu l’envie de le prendre dans mes mains. Malheureusement, à l’époque, il n’était qu’en VO et je me suis contentée du résumé qui m’a faite encore plus envie. J’ai longtemps hésité à le prendre ou en Vo ou en VF et au final j’ai décidé de patienter. L’attente valait le coup. 


Aristote est un de ces garçons renfermés, solitaires, qui préfèrent ne pas trop parler aux gens. Seulement cela change quand il rencontre Dante. Suite à leurs nombreux échanges, Aristote, surnommé Ari se pose de plus en plus de questions et se fait de plus en plus de réflexions sur ce qui l’entoure. Nous apprenons ainsi à connaître ses parents, son histoire.. et on est pas déçus.

Ce livre brille autant par son intrigue que par son écriture. Si je n’avais qu’un seul mot pour le décrire, je dirais  » beau ». Je sais bien que ce mot est employé fréquemment aujourd’hui, et pourtant, je ne vois pas meilleur mot pour le décrire. Il est l’incarnation du mot  » beau« . On ne peut pas dire exactement pourquoi, mais c’est une des oeuvres qui nous laissent bouche bée, qui nous laisse quelque chose, un sentiment de je-ne-sais-quoi à la fin.  Peut-être est-ce parce que ce roman est comme une poésie, avec des tournures de phrase très belles, des réflexions sur le monde qui nous font réfléchir nous aussi, ou la relation entre lui et Dante.

Ari subit un mal-être, et Dante de son côté l’aide à ne plus le ressentir… ou pas. Il lui apporte vraiment pleins de facettes différentes. Tantôt joyeux, tantôt triste, on sent qu’il a un réel impact sur Ari et que leur relation est spéciale. 

Nous ressentons beaucoup d’émotions au fur et à mesure de la lecture, et la colère de Ari est si bien décrite que nous pouvons presque la ressentir, cette haine qui le ronge par moment.

Par ailleurs, j’aime beaucoup la relation entre Dante et Aristote. Elle n’est pas comme les autres, n’est pas niaise, mais juste… belle, spéciale. On craque carrément pour eux deux.

C’est un livre à lire, obligatoirement. Un de mes coups de coeur. Il mérite clairement les prix qu’il a gagnés, et le buzz engendré. Je vous le conseille vraiment. Lisez-le, vous ne serez pas déçus.

Je m’appelle Budo…

couvjemappellebudo-660x1024-1Résumé :

Budo est l’ami imaginaire de Max. Il est là depuis cinq ans, ce qui est la durée de vie la plus élevée qu’il connaisse pour un ami imaginaire. En effet, Max est atteint d’une forme d’autisme. Mais le jour où Max se fait kidnapper, Budo se voit impuissant à son enlèvement, mais fera tout pour le libérer….

Avis:
J’avais beaucoup attendu de ce livre, qui me faisait envie depuis un bon moment. La chance s’est offerte à moi quand je l’ai aperçue à la bibliothèque, comme s’il n’attendait que moi. Ni une ni deux, j’ai sauté dessus et je me suis mise à le lire.

D’abord surprise par originalité du style, je me suis laissée emportée dans l’histoire, qui est elle aussi bien trouvée. J’adore le concept d’avoir le point de vue d’un ami imaginaire, de le faire vivre, et de nous rappeler que nous aussi on a été enfants. Le style d’écriture, quant à lui, m’a paru originale dans le sens où avec un vocabulaire simple et d’enfant, innocent, l’auteur est arrivé à décrire des scènes poignantes, avec une grande vérité dedans. J’ai adoré ce côté là du livre.

De plus, les personnages sont très attachants. Max, petit garçon qu’on apprend à connaître au fil des pages, Budo, le héros de l’histoire avec son point de vue et toutes ses inquiétudes et les autres amis imaginaires….
Je qualifierais ce livre d’un ovni, parce que je n’ai jamais rien lu de tel auparavant, et c’était vraiment intéressant et étrange d’entrer dans ce tout nouveau monde. Il y avait un fort contraste entre la réalité des choses et la manière dont elle était dite. La violence, dépeinte avec des mots naïfs, enfantins…  ça a vraiment apporté de la puissance à ces événements !
Je suis heureuse d’avoir lu ce livre, et le recommande vivement !

L’apprenti épouvanteur de Joseph Delaney.

Résumé : 

Thomas est le fils d’un septième fils, et est par conséquent apte à devenir un épouvanteur. Ainsi, il devient l’apprenti d’un épouvanteur, et est confronté à diverses choses : gobelins, fantômes, sorcières…. mais il va vite apprendre à ses dépends que ne pas obéir à son maître peut lui porter préjudice, puisqu’il va libérer par mégarde l’une des plus dangereuses…
Mon avis :
J’ai mis longtemps à lire ce livre. En général, la série de l’épouvanteur est lu quand on est au collège, voire même plus jeune, mais pour une raison obscure, ces bouquins m’ont toujours faites flippées quand j’étais plus jeune, et je ne les ai jamais lu. Ces derniers temps, je me suis donc dit que je devrais remédier à ce problème, et enfin en lire un, comme tout le monde.
 
Je ne suis pas déçue de ma lecture ! Si on reconnaît vite que c’est un livre jeunesse, en raison du style d’écriture très simple, et de la brièveté du livre, l’histoire n’en est pas moins captivante. Nous suivons donc Thomas, treize ans, qui doit partir de sa famille pour aller devenir l’apprenti de l’épouvanteur, et qui découvre un tout autre aspect du monde. Il doit faire face à ses peurs, et être courageux pour espérer avoir une chance de survivre. C’est un peu comme une sorte de Supernatural mélangé à de la fantasy jeunesse. Les monstres, les créatures les plus viles ( ou pas) sont combattues et chassées. Aimant beaucoup les choses un peu magiques, j’ai donc très vite adhéré à l’histoire. Quelques éléments sont facilement prévisibles, car c’est un livre qui utilise un peu les codes habituels : le héros ment à son maître et fait une bêtise qui va engendrer beaucoup de problèmes. Pour autant, je pense que pour un jeune lecteur, s’il peut deviner quelques choses, ne doit pas non plus tout prévoir, et que je ne me suis pas laissée trop surprendre à cause de mon âge. Il n’empêche qu’il n’y a pas des codes, et que s’ils sont présents, on en tient pas trop rigueur non plus. Après tout, c’est normal qu’ils y soient et ils permettent de faire avancer l’histoire.
Je dirais que j’aime bien le personnage principal, mais que je n’ai pas pour autant eu trop de temps pour m’y attacher. Le roman est trop court à mon goût^^ on a juste eu le temps de découvrir sa naïveté, son courage, mais jusqu’ici, c’est un peu le héros… classique. J’attends donc de lire les autres tomes avec impatience, et d’apprécier davantage ce personnage pour qui je me prendrai sans doute davantage d’affection dans la suite. J’espère donc un bon développement pour tous les personnages.
J’ai beaucoup aimé Marie, et j’attends vraiment avec impatience de voir ce qui lui arrivera.
Conclusion : 
C’est un livre un peu prévisible, mais avec toutefois des choses qui lui sont propres et nous donne envie de découvrir la suite. Nul doute que les jeunes lecteurs adoreront !

Plus tard, je serai moi de Martin Page.

Résumé : 

Les parents sont des gens bizarres. Parfois ils ont de ces lubies! De peur de ne pas être parfaits, ils font n’importe quoi. Ceux de Séléna ont soudain décidé qu’elle deviendrait une artiste. Pas avocate ou médecin ou pilote d’avion! Non, artiste. Et ils sont prêts à tout pour ça. Même à lui rendre la vie impossible, sous prétexte que les artistes ont souvent eu une jeunesse difficile.

Mon avis :

Je l’ai lu aujourd’hui en très peu de temps. Pour ceux qui n’aiment pas les gros livres, je dirais qu’il n’y aucun soucis avec celui-ci, qui est vraiment court, clair, et simple à lire.

Cependant, le problème avec les livres courts, c’est qu’ils peuvent nous laisser une impression de non-fini à la fin. Certes, il y a des auteurs qui aiment laisser des fins ouvertes, pour nous laisser imaginer la suite. Mais ici, j’ai surtout trouvé cela frustrant, car pour le coup, on obtient qu’une mini conclusion, sans d’autres détails. Bien-sûr, il n’y avait pas beaucoup d’intrigue à résoudre, puisque celle-ci se focalise sur le soucis de recherche des identités des adolescents : que devenir dans la vie? Qui suis-je? mais je ne peux pas ne pas ressentir une certaine déception. J’attendais plus pour ce livre que je voulais lire depuis au moins un mois.

Il reste tout de même sympathique, et nous fait passer le temps, par exemple dans le bus. C’est le genre de petite lecture à faire quand on s’ennuie un peu, je dirais, mais qu’on est pas forcément d’humeur à se taper 300 pages de bouquin. Et puis, je dois avouer qu’il y a certain passages qui m’ont plu, et que j’ai pu d’une certaine façon me reconnaître un petit peu en Séléna, même si mes parents ne veulent pas que je devienne artiste, certains passages qu’elle a dû subir, certains sentiments qu’elle a eus me sont familiers. Je pense que n’importe qui peut s’identifier un minimum à elle, car on s’est tous un moment donné posés des questions sur nous, sur ce que l’on fera…

Conclusion: Un livre qui n’aura pas changé ma vie, mais qui m’aura occupée le temps d’un trajet en bus pour sa petite histoire sympathique et vite fait drôle.

Fangirl de Rainbow Rowell ( Coup de coeur)

Je suis allée à la Fnac l’autre jour, et quand j’ai vu  » Fangirl » de Rainbow Rowell auquel je m’intéressais vaguement depuis un moment, je n’ai pas pu résisté. Je me suis jetée dessus et je l’ai acheté. Le résumé m’a tout de suite fait comprendre qu’il était fait pour moi. 

fangirl

Résumé:

 
Cath et sa soeur adorent le héros de livre, Simon Snow. Elles écrivent des fanfictions sur lui, attendent les livres avec impatience, détiennent des posters de lui… bref. Elles fangirlent sur lui. Mais alors qu’elles rentrent à l’université, la soeur de Cath commence à s’éloigner : elle veut vivre sa vie. La vraie vie. Les fêtes, les chambres en collocation avec quelqu’un…  elles sont donc séparées, et Cath doit faire face à l’université, endroit qu’elle considère terrifiant, seule.

Mon avis :

Ce livre… ce livre est magique. Enfin, c’est l’effet que j’ai ressenti. J’avais entendu parler de l’auteure Rainbow Rowell avec Eleanor et Park que je prévois de lire prochainement c’est sûr, mais je ne m’étais pas douté à quel point cette auteure était douée. J’ai juste adoré ce bouquin, c’est un coup de coeur         complet, il est dans mes préférés.

Alors, pourquoi est-ce que j’aime tant cette histoire? Peut-être parce que je me suis attachée énormément au personnage de Cath, à qui je je pense ressembler pas mal. J’arrive sans aucun mal à m’identifier à elle pour la simple et bonne raison que je sais très bien ce que c’est d’être une fangirl. Harry Potter a été et est d’ailleurs toujours quelque chose d’important dans ma vie, et j’ai écrit, j’ai lu beaucoup de fanfictions sur cet univers. Cath fait exactement la même chose avec Simon Snow, a le même âge que moi, le même genre de caractère, et quelque part, est effrayée de grandir et de l’université. Et je la comprends, mon Dieu, je la comprends! J’adore donc Cath, qui m’a faite rire également.

Ensuite les autres personnages : ils sont tout aussi attachants, et j’ai quelque part craqué pour Lévi.

Le livre est frais, il redonne la pêche et est sans aucun doute à lire à n’importe quel moment : que vous soyez heureux ou triste, dans tous les cas, vous sourirez et profiterez de l’histoire et de ce qui arrive à Cath.

Mais il n’y a pas juste de l’humour, qui n’est qu’une infime partie de ce qui fait le charme de Fangirl, non : il y aussi des sujets sérieux, l’inquiétude d’une ado qui rentre dans le « monde des grands », que je connais bien. Non, vraiment, c’est brillant, si vous ne l’avez pas lu, allez courir l’acheter, et oui, je dis bien acheter pas emprunter, car je ne peux pas comprendre comment quelqu’un pourrait regretter cette merveille.

C’est un vrai plaisir de lire ce bijou, et je peux vous dire que je vais lui accorder une place d’or dans ma bibliothèque, et probablement le relire. Vraiment, vous lisez un chapitre et c’est bon vous avez un énorme sourire sur le visage tellement c’est plein d’ondes positives.

Chercheur d’étoiles de Tim Bowler ou le livre à lire juste avant de dormir…

chercheur-d-etoiles_2Résumé ( du dos du livre) :

Luc possède un véritable don pour le piano. Son père aussi était un musicien exceptionnel, avant de mourir il y a deux ans. Depuis, Luc n’est plus le même : il se laisse entraîner dans un cambriolage par Skin et sa bande. Son esprit est hanté par des sons étranges, des mélodies qu’il n’arrive pas à déchiffrer… Mais une mystérieuse petite fille va bouleverser sa vie.

Avis :

J’ai pris Chercheur d’étoiles pour son titre, qui m’a beaucoup attiré. Je l’ai trouvé poétique, mystérieux… et puis ensuite, sa couverture : elle est simple, mais jolie. Le résumé seul ne m’aurait pas forcément attiré au début, mais j’ai tenté ma chance malgré tout…. 

Que dire à propos de ce livre? Je ne sais pas très bien par où commencer. Il y a des points positifs, comme des points négatifs. Cependant, je pense pouvoir dire que je recommande la lecture à tout le monde, que ce soit à 10 ans ou plus, il est parfaitement accessible. Bien-sûr, le fait que ce soit un livre jeunesse peut en refroidir certains, mais pour une petite lecture rapide, il est très bien, et l’histoire n’est pas trop niaise.
Luc est un peu le genre de gamin qu’on a envie de claquer et en même temps à qui on veut donner un câlin. On sent bien qu’il est perdu, et ne sait pas trop quoi faire, et que son père lui manque. Il a énormément de mal à gérer son absence, et refuse d’accepter un contact trop proche avec les personnes de son entourage. Ou du moins jusqu’à ce que les choses changent. Il rencontre une petite fille, et là, découvrir de plus en plus son don d’entendre tous les petits sons qui composent l’univers. Il explore, développe même ce don, et commence à se retrouver grâce à cela. L’histoire est plutôt prévisible, mais reste intéressante.
J’ai beaucoup aimé la plume de l’auteur, qui nous donne une lecture très fluide à lire, et aussi pour les descriptions magnifiques qui sont faites à certains passages du roman. Comme le titre et la couverture l’indiquent, la nuit et les étoiles prennent une certaine place dans le roman, et la manière dont la nuit est décrite, les rêves que Luc fait, est absolument merveilleuse, j’ai été conquise. J’ai eu l’impression que c’était presque poétique, et léger, et j’ai adoré ça. Je ne suis pas une personne qui aime beaucoup les descriptions mais là, je n’ai eu aucun problème à me laisser  » emporter » par celle-ci, et ce n’est pas une mince affaire!
Le fait que ce soit un livre jeunesse cependant donne évidemment à l’histoire une petite touche de quelque chose qu’on peut trouver agaçant. J’ai trouvé le rythme du livre plutôt lent, et il a fallu parfois se forcer à lire la suite. Il n’y a pas énormément de péripéties, sauf à la fin, qui s’est donc avérée plus intéressante. C’est pour cette raison que je dirais que Chercheur d’étoilesest à lire le soir, avant de dormir : les descriptions  » bercent » tellement elles sont bien écrites, et on peut suivre tranquillement les aventures de Luc, sans toutefois ressentir de l’impatience si on se décide à poser le livre sur sa table de nuit pour dormir.

Pour conclure, je dirai que ce livre est pas mal, mais que je n’ai pas non plus eu un énorme coup de coeur pour lui. Néanmoins, je le recommande tout de même, surtout pour son écriture et sa fin que j’ai plutôt bien aimé.

La trilogie Divergente de Veronica Roth

Comme pas mal de gens le savent, Divergente est une trilogie de livres de science-fiction, racontant la vie de Tris et de son entourage, alors que le monde est divisé en cinq factions différentes: Les Audacieux, les Altruistes, les Sincères, les Erudits et les Fraternels. Les livres sont actuellement adaptés en une série de films.
16343-2
Mon avis :
Si le film de Divergente ne m’avait pas plus emballée que cela, mes amies ont su me donner la curiosité de me pencher d’un peu plus près sur les livres. J’ai donc lu le premier tome, sans grande surprise puisque j’avais déjà vu le premier film. Cependant, je l’ai beaucoup apprécié. Avoir les pensées de Tris sous les yeux a changé mon point de vue sur ce personnage. Elle semble plus dure, plus battante, plus badass dans les romans, et je la comprends mieux. Elle est souvent tiraillée entre plusieurs choses, sa nature Altruiste et sa nature Audacieuse s’affrontant. Ainsi, j’ai beaucoup aimé le premier tome de cette trilogie, et je me suis empressée d’aller découvrir le second.
 Le deuxième est dans la même lignée que le premier, à la différence que cette fois, les choses sont beaucoup plus graves, et prennent un tournant plus sérieux encore. Un nouvel enjeu se dessine, et nous continuons de suivre Tris dans ses multiples luttes contre Jeannine. Elle m’a particulièrement touchée dans ce livre-ci, car il faut dire que ça ne va pas en s’arrangeant, et plus d’une fois je me suis retrouvée pleine de compassion pour tout ce qu’elle traversait. Cependant, le développement de la nouvelle intrigue ne m’a pas beaucoup emballée, tout comme les nouveaux personnages qu’on y retrouve, dont celui d’Evelyn. Je ne pense pas que nous sommes censés aimer ce personnage de toute manière, mais ça m’a vraiment stoppée dans ma lecture pour le coup. Elle m’a faite un peu penser à Coin dans Hunger Games à vrai dire. C’est peut-être aussi cela qui m’a énervée chez elle. Le second tome nous éloigne petit à petit du monde que l’on a connu dans le premier, puisque tout change.
Enfin, le troisième a été le livre qui m’a peut-être un peu déçue. Je ne dis pas qu’il n’était pas bien, mais je n’ai pas trop accroché à la nouvelle composition du livre, divisée entre le point de vue de Tris et celui de Tobias. Je préfère voir Tobias à travers les yeux de Tris, il est plus imperturbable, plus mystérieux, et je l’apprécie davantage de cette manière. Entrer dans ses pensées m’a freinée un peu également, car je préfère voir l’histoire du point de vue de Tris, puisque j’ai fini par m’y attacher, et voir l’histoire dans les yeux de Tobias m’a semblé un peu hors-contexte, je ne voyais pas pourquoi nous devions tout à coup être du côté de ce personnage que nous ne connaissions pas aussi bien que Tris. Je le trouve bien différent dans sa tête que par la vision que Tris nous en donne. Cependant, j’ai finalement compris pourquoi le livre était divisé de cette manière à la fin.
SPOILER TOME 3 : 

 

La fin. Ah, la fin. Autant je n’ai pas apprécié le troisième livre à cause du changement de décor, où nous passons du monde de Tris à une version futuresque du nôtre, autant j’ai adoré cette fin. Je m’y attendais à moitié. Dans la science-fiction, l’histoire ne se termine jamais par un happy end complet. Il y a toujours une sorte d’amertume laissée. Eh bien ici, alors que Caleb était censé se sacrifier, c’est Tris qui prend sa place. Je peux dire que ça, c’était prévisible, mais je ne m’attendais à ce qu’elle meurt comme ça, de cette manière. Je ne m’attendais sur le coup franchement pas à ça. Quand j’ai lu la scène de sa mort, je me suis dit que non ce n’était pas possible, il y avait forcément autre chose qui allait la sauver, mais non, rien. Elle est bien morte. Je peux dire que ça a été une grosse surprise malgré tout, donc. Je pensais sincèrement qu’elle réussirait. C’était un moment très bouleversant, car j’aimais beaucoup Tris, et le fait qu’elle soit morte m’a ébranlée.
Conclusion ( sans spoiler) : Divergente est une série à découvrir, sans aucun doute. L’histoire évolue au fur et à mesure des tomes, et si certains changements peuvent sembler moins intéressants pour certains, nul doute que d’autres les adoreront. Tris est une héroïne à l

aquelle on s’attache sans mal, et d’autres personnages, comme celui de Christina valent le coup d’être connus. Je ne regrette pas d’avoir lu les livres, et je suis heureuse de ne pas m’être arrêtée au film.

Boys don’t cry de Malorie Blackman

 

9782745954992fsRésumé : 

Dante est un garçon de 17 ans prêt à aller à l’université. Il vit avec son père et son frère une vie normale, jusqu’à l’arrivée de Emma. En effet, son ex débarque chez lui, accompagnée d’un bébé qu’elle dit être leur fille. Dante est en état de choc. A partir de là, malgré son désir de continuer à vivre sa vie, celle-ci change.

Avis : 

Boys don’t cry est un roman que j’avais repéré à la bibliothèque. Le titre m’a attirée, et le résumé n’a fait que renforcer ma curiosité. Je l’ai donc pris, et lu. J’ai ressenti un grand plaisir à le lire, car il est vraiment très simplement écrit, c’était comme si mes yeux sautaient tout seul d’une ligne à l’autre. J’ai une certaine affection pour ces personnages, car cette petite famille est une famille de garçon, et si chacun a son propre caractère, ils ne font pas preuve d’une grande affection les uns envers les autres, jusqu’à ce que la petite Emma arrive. Même moi en tant que simple lectrice, je n’ai pas pu m’empêcher de penser qu’elle était mignonne, et je m’imaginais très facilement tous ses sourires. Elle a petit à petit réussi à gagner le coeur de son père.

Cependant, ce roman ne traite pas seulement du thème de devenir père à 17 ans. C’est certes le fil rouge de l’histoire, mais un autre thème est abordé: l’homosexualité, à travers le personnage d’Adam, un personnage qui nous livre également son point de vue de temps à autre, puisque le roman est divisé entre le sien et celui de Dante. Adam est souvent embêté par Josh, l’ami de son frère. Néanmoins, il va vite découvrir que sous le harcèlement de Josh, se cache autre chose…

Le livre aborde plusieurs registres : de l’humour jusqu’au drame, du désarroi à l’acceptation, il a été très agréable à lire, et j’ai apprécié ma lecture.

La seule chose que je pourrais en réalité reprocher à Boys don’t cry est sa fin. Je n’ai pas l’impression qu’il y en a eu une en faite. Il se termine un peu trop d’un coup pour moi. Je ressens un sentiment d’inachevé, beaucoup de questions continuent de se poser, et au final, j’ai l’impression de ne pas avoir du tout avancer. Il reste encore bien d’autres choses à aller creuser, mais l’auteure nous coupe l’herbe sous le pied. Certes certaines choses ont été résolues, mais il en reste tant d’autre que c’est très frustrant.

Néanmoins, c’est un roman que je recommande vigoureusement, allez-y 😉

Nouveau blog!

Bonjour tout le monde!

Certains d’entre vous me connaissent peut-être pour avoir été sur mon ancien blog, mais je me présente: Léa, lectrice assidue de livres, prête à donner son avis sur chaque livre lu! Je tiens également une chaîne youtube, mise à jour de temps en temps que je publierai un peu plus tard ici 😉

Je vais donc « déménager » petit à petit le blog de blogspot sur wordpress, pour la simple et bonne raison que je préfère cette interface là. Elle est plus simple d’utilisation, et est d’une bonne qualité visuelle, je trouve.

Bref, je ne m’éternise pas, et je commence sur ce à publier les articles publiés précédemment 😉